ompsg

Il n'y en avait que pour cet OM-PSG ce week-end dans les médias. Et comme il était plutôt de bonne facture, il occupera également l'essentiel de cet article. L'autre fait marquant est bien sûr les grosses écuries du championnat qui reviennent aux avants postes. Le championnat se remet donc petit à petit à l'endroit. 

Fini le "clasico"! La France du football l'a francisé et parle désormais de "classique". La semaine à trois journées nous à quelque part sauvé d'un matraquage médiatique bien plus important. Rassurez vous, plusieurs articles ont été fait pour comparer le PSG actuel à l'OM de 93 avec quelques phrases d'anciens qui respiraient l'aigreur. Mais côté innovation, l'équipe s'est démarquée car elle à trouvé un moyen de faire le parrallèle avec la rivalité EA sports-Konami et surtout Mario-Sonic. Bref, du grand art. 

Sur le pré, il ne fallait donc pas arriver en retard. En effet, Maxwell puis Ibra profitaient de la passivité de la défense marseillaise dès la deuxième minute. Paris aurait rapidement pu tuer le match si Di Maria avait trouvé le petit filet plutôt que le ras du poteau. Ensuite, les parisiens se sont comme on dit endormis sur leurs lauriers. Et c'est logiquement que les olympiens ont mis le pied sur le ballon. De belles phases de jeu conclues par un but de Cabella sur lequel La Rédac juge Kevin Trapp encore loin d'être irréprochable. Certes le départ du ballon est masqué mais la faute de main est coupable. A la mi-temps, nous nous doutions que le PSG allait accélérer. Le rythme a baissé en intensité et comme souvent dans ce cas là, un éclair individuel parisien est arrivé. Grâce à sa feinte de frappe qui a précédé son contrôle, Di Maria a éliminé son vis à vis avant de frapper et marquer. Le match était plié car les timides offensives marseillaises n'allaient rien donner. Au niveau des enseignements, on peut se poser des questions sur les phocéens. Pourquoi leurs deux meilleurs matches de la saison ont il été contre le PSG? Pourquoi dans l'enjeu sont ils meilleurs? Nul doute que si leur motivation avait été la même contre tous les autres adversaires, ils seraient bien plus haut au classement. Pour le PSG, l'échéance européenne approche à grand pas et on imagine fortement que le 11 aligné face au LOSC n'aura pas grand chose à voir avec celui d'hier. 

Dans les autres matches, nous le disions en titre, une hiérarchie se remets en place en haut de classement car Monaco, Sainté et Lyon enchaînent enfin. L'ASM toujours sans briller face à Nice mais nous serons indulgents car ils ont joués une mi-temps en infériorité numérique. Sainté est allé fesser Bordeaux dont la défense, malgré Debuchy est à la rue. Les verts ont subi pendant 25 minutes en seconde mi-temps avant de marquer deux fois sur leurs seuls tirs cadrés. De bon augurre avant de se rendre à Bâle en C3. Depuis peu, ils dégagent de la solidité, et ce n'était pas vraiment leur spécialité. Pour l'OL, depuis leur défaite à Batia, ils sont revigorés. Deux victoires de suite sur le même score de 3-0 contre Bordeaux et cette fois à Angers avec des réalisations magnifiques. Et comme tout va très vite en L1, les revoilas candidats plausibles au podium. 

La vague de cartons rouges a permis à Rolland Courbis d'éviter une troisième défaite en 4 matches sur le banc rennais. Avec 1pt/match en moyenne, les bretons ont vite interêts à se ressaisir sous peine connaître une nouvelle saisons san aucune saveur. Courbis attends beaucoup de Gourcuff, autant dire que c'est très mal engagé. En bas de classement, la très mauvaise affaire est pour Toulouse qui suite à un match apocalyptique contre Nantes, compte désormais 6 points de retard sur le premier non relégable ajaccien.

 

Pour débattre ou simplement pour nous soutenir, rejoignez nous sur notre page facebook: http://www.facebook.com/laredacdufoot

Suivez nous également sur Twitter @LaRedacduFoot

Crédit photo: lephoceen.fr

La Rédac du Foot

JL