soderlund-a-marque-l-unique-but-du-match_170084

C’est à croire que la chaine cryptée serait maudite en collectionnant les affiches pompeuses mais décevantes pour un téléspectateur qui se morfond devant sa tisane aux vertus digestives.

L’énième coup marketing qui fut orchestré sous le nom du « 100ème derby de Ligue 1 » viendra remplir une liste inquiétante de rencontres qui seront à oublier cette saison. En résumé, cet ASSE-OL aura été une affiche destinée aux nostalgiques qui auront eu le droit à une demie molle sur une barre transversale trouvée par Gezzal en première mi temps et à un but du nouvel arrivé Sorderlund qui jusqu’à la 75ème n’était qu’un mirage dans un désert de qualité technique. Non, la mayonnaise du spectacle n’aura jamais pris dans un chaudron qui s’est illusionné.   

Derrière le cynisme et les pensées désespérées qui nous emmènent sur le terrain d’une crise existentielle du football français, on a préféré se souvenir que le 21ème épisode de notre feuilleton préféré avait bien débuté avec un Nice-Angers programmé vendredi soir. 

Une opposition de style qui fut la source de l’émancipation constatée d’un Hatem mure et enfin décomplexé par le talent qui le rongeait depuis l’adolescence. Il faut dire que le joueur est désormais au niveau qui est le sien en étant capable d’être décisif, mais il nous aura surtout offert un discours audible qui ne peut que trouver grâce à nos yeux. Car lorsque le gamin de l’INF ose se demander avec naïveté « comment Angers peut jouer ainsi ? », il pointe du doigt les maux d’une Ligue 1 qui a perdu depuis trop longtemps la recette du plaisir. 

Pourtant Angers avait ouvert le score et pensait refaire le coup de la petite victoire de la petite équipe au petit budget mais le sort aura basculé en faveur d’une formation niçoise qui s’institut cette saison comme la défenderesse du jeu, de la prise de risque et qui le temps d’un weekend de foot, aura tordu le cou à tous les maçons de Ligue 1. 

Tous… Pas vraiment, si l’on s’en remet à la performance réalisée par les hommes de Jardim sur les terres lorientaises. Monaco reprend la deuxième place du classement au détriment du SCO en s’imposant 2-0 et en cultivant une philosophie opposée à son voisin et rival azuréen. La réalité comptable pique nos yeux à La Rédac mais elle prouve dangereusement que l’on peut prétendre à une qualification pour la Ligue des Champions en se muant comme le porte étendard de la négation du football… 

En s’intéressant au classement, nous dresserons le bilan d’une journée qui nous aura permis de retrouver une once de hiérarchie cohérente dans une Ligue 1 qui peine encore lorsqu’il s’agit de voir des écarts se creuser. En s’imposant, Marseille, Rennes, Bordeaux et Sainté entretiennent leurs espoirs d’Europe pendant que Lyon fait du surplace au terme d’un match qu’il faudra digérer. JMA si tu as besoin d’une tisane, il doit nous rester un sachet de « nuit calme ».

Pour débattre ou simplement pour nous soutenir, rejoignez nous sur notre page facebook: http://www.facebook.com/laredacdufoot

Suivez nous également sur Twitter @LaRedacduFoot

Crédit photo: footmercato.fr

La Rédac du Foot 

(J.A)