parc ol

On attendait depuis 3 semaines le retour de notre chère Ligue 1. La coupe de France a certes sa saveur si spéciale mais vous serez d'accord avec nous si on affirme que rien ne remplace notre petit train-train du championnat. Et il faut dire que nous étions gatés. Non pas par le jeu en lui même ni par l'affiche mais plutôt parce que l'OL inaugurait sa nouvelle enceinte. Autre évènement, Yoyo a refoulé les terrains mais il serait peut-être déjà reblessé. 

Véritable serpent de mer depuis presque une décennie, cible de recours et d'opposition en tout genre, l'Olympique Lyonnais s'est enfin installé dans son nouveau stade. Projet porté si longtemps par Jean-Michel Aulas, on peut aisément comprendre son émotion lors de cette journée et particulièrement lors de la découpe du fameux ruban. La Rédac n'est pas lyonnaise mais elle reconnait facilement que sans JMA, le foot français serait encore plus mal qu'il ne l'est aujourd'hui. Chose qui marque par rapport aux autres nouveaux stades construits pour l'Euro 2016 lorsque l'on entre dans ce stade, c'est son identité. Car oui, contrairement à Bordeaux, Nice ou encore Lille, on sait immédiatement où on se trouve. L'intérieur du "Parc OL" est aux couleurs du club. La propriété aide beaucoup et cet écrin ne ressemble pas à un centre commercial quelconque comme les précédents cités. Concernant le match, les joueurs n'ont pas gaché la fête en marquant 4 superbes buts. Beauvue a été conspué à son entrée avant de se faire encore remarquer en raison d'un comportement peu adéquat. Les troyens pourront dire lors de cette saison qu'ils auront été l'adversaire de l'OL lors de l'inauguration avant de revoir la L2.

En ouverture, le PSG se l'est joué pépère contre Bastia. Mais comment leur en vouloir pour un match de reprise qu'ils auraient gagné en marchant ? Cependant, la C1 va arriver à grand pas et il va falloir s'y pencher psychologiquement. Le lendemain, le dauphin a changé. On attendait le "lowcostico" entre Angers et Caen. Une opposition de style: la philosophie ultra défensive contre une équipe qui ne sait apparement que jouer. Les amoureux du jeu peuvent être déçus car c'est Angers qui a gagné et qui reprend dans le même temps la seconde place. Ils peuvent remercier Monaco qui a frôlé la correctionnelle face au Gazélec dont la trêve n'a pas freiné sa résurrection. Le mois de janvier risque d'être compliqué sur le rocher car depuis cet été, mercato rimerait presque avec fiasco. D'autant plus que le FC Porto drague dangereusement Leonardo Jardim. 

Le même soir, c'était le grand retour de Yoann Gourcuff sur les pelouses de Ligue 1. Après 15 minutes de jeu, un coéquipier a trouvé le moyen de le tacler sévèrement et on aura une réponse mardi concernant son état de santé. Décidément, rien ne tourne en sa faveur. En attendant, le derby breton était de très bonne facture, assez rare pour être signalé. 

Enfin dimanche, l'évènement a été le gros coup de gueule de Galtier envers ses joueurs qui ont été en dessous de tout après une qualification déjà peu reluisante en Coupe la semaine dernière. Rien à signaler entre Lille et Nice et surtout entre Marseille et Guingamp dans un stade vide au deux-tiers. Avoir des beaux et grands stades c'est très bien, mais le vélodrome, comme Bordeaux, Lille ou Nice sonne creux. Et visuellement, l'effet est tout aussi désagréable. 

Pour débattre ou simplement pour nous soutenir, rejoignez nous sur notre page facebook: http://www.facebook.com/laredacdufoot

Suivez nous également sur Twitter @LaRedacduFoot

Crédit photo: maxifoot.fr

La Rédac du Foot 

(J.L)