1875761040_B977195395Z

L’humeur est résignée pour ne pas dire figée dans la fatalité car si nous avons assisté à une opposition plutôt agréable entre Marseille et Monaco hier soir, il va falloir se résoudre au fait que nous traversons les heures sombres d’un championnat qui se dirige vers la régression. Un PSG seul au monde, le triomphe des petits et l’irrégularité chronique de nos clubs engagés sur la scène européenne représentent les maux d’un football français en perdition. 

Que dire de l’OL qui s’est fait punir 4 buts à 2 par Montpellier à Gerland ?  Après un match à s’arracher les cheveux contre La Gantoise, les rhodaniens se devaient de réagir sous peine d’entamer le début de ce qui ressemblerait à une crise. Il est alors certain que JMA nous rétorquerait qu’il faut faire preuve de relativité dans nos propos car son institution est encore concernée par le podium. A la Rédac, ce sens de la formule nous attriste et nous pousse à dresser un constat peu reluisant. Mettons de coté l’affaire Valbuena, il semble acquis que les joueurs n’y sont pas sur l’implication, ni sur l’esprit collectif. Enfin, le cas Hubert Fournier interroge. L’ancien de la maison ne trouve pas la solution et nous force à envisager qu’il ne serait peut être qu'un imposteur qui n’aurait fait que profiter du travail entrepris par Remy Garde. Amis Lyonnais, réveillez vous ! 

Le son de cloche est le même dans un Matmut Atlantique devenu l’antre d’une équipe qui ne cesse de décevoir. Bordeaux accueillait une formation de Caen décomplexée qui s’institut comme l’une des rares satisfactions de cette saison. Coté girondins, on était loin du visage affiché jeudi à Anflied. Les hommes de Sagnol en ont pris quatre dans la valise et s’enfoncent dans une saison qui risque d’être très longue à vivre pour des supporters qui désespèrent semaines après semaines face au néant footballistique proposé. 

Du coup, le podium à l’issue de cette 15ème journée nous laisse perplexe. Le PSG compte désormais 13 points d’avance sur son dauphin caennais après s’être promené au Parc samedi contre Troyes. Un succès propre sur le score de 4-0 qui permet aux parisiens d’être «champions d’automne» selon l’expression futile des médias. 

Pour compléter le trio de tête, Angers aura capitalisé sur sa victoire acquise au détriment du LOSC. Nous disions il y a quelques semaines que le duo composé de Caen et Angers finirait par rentrer dans le rang. Si notre discours reste le même, il est certain qu’à mi championnat, nous n’imaginions pas un classement aussi opaque, aussi homogène. Une hiérarchie incertaine révélatrice de la mauvaise santé de la Ligue 1. 

Cela étant, nous ne tomberons pas dans une radicalisation inopportune. Notre agacement devenu hebdomadaire, épargnera Saint Etienne qui s’est offert une belle semaine avec à la clé une qualif’ en 1/16 de l’Europa ainsi qu’une victoire 3-0 contre Guingamp. 

Avant de se quitter, il était impossible de ne pas évoquer le retour mitigée d’un entraineur qui n’était plus à la mode. Fred Antonnetti retrouvait la lumière sur le banc de Lille ce weekend pour une entrée qui fut loin d’être réussie face à Angers. On ne le jugera pas sur cette prestation mais nous espérons vivement qu’à défaut de spectacle en conf’ de presse, il transformera cette équipe du LOSC qui est désormais premier relégable. Un bon entraineur peut jouer à l’acteur mais il ne doit jamais oublier qu’il doit se comporter avant tout comme un metteur en scène.  

Sur ces mots inspirés, on vous donne rendez-vous dans la semaine car la 16ème journée débute mardi avec en ouverture de rideau un PSG-Angers qui se mut comme l’une des affiches phares de cette saison. Vous l'aurez compris, la dérision apaise…

 

Pour débattre ou simplement pour nous soutenir, rejoignez nous sur notre page facebook: http://www.facebook.com/laredacdufoot

Suivez nous également sur Twitter @LaRedacduFoot

Crédit photo: rtl.fr

La Rédac du Foot

( J.A )